Rencontre avec Gena Loren, auteur de « Il disait qu’il m’aimait… »

Présentez-nous votre ouvrage

Il s’agit d’un roman basé sur une histoire vraie. Lisa, jeune trentenaire, est contactée par une psychologue dans le cadre de la rédaction d’un livre sur les pervers narcissiques. En effet, prisonnière pendant 6 ans d’un homme manipulateur pervers, elle livre son histoire ponctuée d’une multitude d’émotions et de sentiments différents en même temps. Elle y raconte comment, 6 années durant, elle a supporté et vécu avec les remarques acerbes et perpétuelles d’un homme dont elle était folle amoureuse, mais qui avait pour seul but de la détruire. Elle raconte comment, à bout de force et épuisée, elle a trouvé en elle le courage de partir et de refaire sa vie.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Ce sujet est d’actualité malheureusement. C’était un sujet qui me tenait particulièrement à cœur pour l’avoir approché de près il y a quelques années. Je trouve qu’il ne faut pas taire ce genre d’histoire, il est important d’en parler. Ne serait-ce que pour aider certaines personnes concernées. C’était le but premier de cet ouvrage, apporter un récit supplémentaire avec l’espoir que ceux et celles qui sont touchés par le problème prennent conscience du danger des manipulateurs pervers et se protègent.

À quel lecteur s'adresse votre ouvrage ?

A un public large qui aime les histoires vraies ou fictives à caractère psychologique. Hommes et femmes de tous âges peuvent s’y retrouver. Eh oui, il y a aussi malheureusement des hommes qui vivent aux côtés de femmes perverses narcissiques, et je pense que ce livre peut s’adresser à des adultes de toutes tranches d’âge et de divers horizons, concernés ou pas, d’ailleurs.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Ce livre, malgré la gravité du sujet qu’il traite, transmet un véritable message d’espoir : un message qui dit qu’il est possible de se sortir des griffes d’un manipulateur, même si cela nous paraît impossible. Evidemment, ce sujet heurte et déplaît fortement. Mais j’ai tenu à mettre en avant, à travers ce roman, qu’il peut y avoir une fin heureuse et l’espoir d’une vie meilleure, et qu’il est crucial de concentrer ses forces dans sa reconstruction.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Un peu partout ! La vie toute entière est source d’inspiration. Mais je suis de toute façon tournée vers des écrits dans lesquels il est facile de s’identifier. J’aime écrire des récits qui peuvent être apparentés à du réel, des histoires que Madame ou Monsieur Tout-le-monde aurait pu vivre.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je termine actuellement un roman d’amour ! En effet, cela est totalement différent de ce roman que je viens de publier. Mais j’avais envie de travailler sur une histoire douce et joyeuse, c’était mon humeur du moment. En parallèle, je travaille sur un troisième roman… où l’amour et l’aventure seront au rendez-vous. J’espère que vous le serez aussi !

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Je les remercie du fond du cœur d’être présents car je dis toujours qu’écrire procure deux sensations merveilleuses : celle du soulagement indescriptible lorsque l’on achève l’écriture d’un livre, et celle de l’amour et du partage lorsque l’on sait qu’on est lu ! Nous sommes alors plusieurs à partager cette même histoire, à des endroits et des moments différents, et je trouve cela vraiment extraordinaire !

Page not found - L'actualité Edilivre Page not found - L'actualité Edilivre

Vous recherchez un ouvrage ?

Malheureusement, le livre que vous cherchez n'existe pas,

Que pouvez-vous faire :

Recherche de A à Z


Commentaires