CONSEILS — Comment soigner la fin de son roman ?

 

Comme le dit l’expression, « toutes les bonnes choses ont une fin » et votre roman n’y fait pas exception. Il est souvent difficile pour un auteur de mettre un point final à son récit. Cela revient à dire au revoir à ses personnages et à son univers. Un peu comme si on rentrait de vacances après avoir passé les meilleurs moments de sa vie. Même si vous avez du mal à vous en séparer, il va falloir se munir de courage, de talent et d’un ou plusieurs encas pour donner une fin à votre œuvre.

Sachez cependant que la fin de votre histoire jouera un grand rôle dans l’esprit de votre lecteur, puisque c’est la dernière impression qu’il en aura. Cela peut fortement influencer son envie de lire ou non vos autres publications. Mais rassurez-vous, nous sommes là pour essayer de rendre ce moment douloureux le plus facile possible. En suivant nos cinq commandements, vous allez rendre ces adieux inoubliables.

 

La fin de ton roman en premier tu écriras

 

Entre nous, vous ne vous y attendiez pas, n’est-ce pas ? Cela peut paraître complètement absurde, mais le meilleur moyen d’écrire une bonne fin est encore de l’écrire avant même de commencer votre récit. Cela vous facilitera la vie lors de l’écriture. Voyons les choses sous cet angle : imaginez connaitre la fin de votre film préféré. Tout prend sens ! Il vous sera beaucoup plus facile de construire l’intrigue en sachant ce qui se passe à la fin. Vous aurez une vue plus claire sur les éléments que vous souhaitez intégrer à votre histoire.

Ainsi, votre fin sera d’autant plus réussie si vous disséminez des indices discrets tout au long du roman qui donneront sens à votre conclusion. Par ailleurs, il sera plus facile pour vous d’accepter de mettre un terme à votre travail d’écriture en sachant que la fin est déjà plus ou moins rédigée : vous n’aurez pas besoin de vous torturer l’esprit à savoir si un tel doit mourir alors que vous vous êtes trop attaché au personnage.

 

Rédiger plusieurs fins tu pourras

 

Alors bien sûr, lors de l’écriture de votre fin, il n’y aura jamais qu’un seul jet. Le monde de la mode aurait sombré depuis bien longtemps si les designers ne produisaient qu’une pièce par collection. Avant de décider quel sera le point final de votre roman, vous pouvez rédiger plusieurs dénouements différents. Ne vous fermez aucune porte. Si vous avez plusieurs fins en tête, exploitez-les toutes jusqu’à trouver celle qui mettra votre cœur et votre esprit d’accord. Vous pouvez, si vous le souhaitez, solliciter l’avis de vos proches ou de vos lecteurs, afin de trancher. Un avis extérieur est toujours le bienvenu. Le fait de réfléchir aux différentes possibilités vous permettra très certainement de produire une conclusion intéressante pour vos lecteurs et satisfaisante pour vous.

 

L’intrigue principale tu résoudras

 

Votre mission, si vous l’acceptez, est de parvenir jusqu’au dénouement. Il est très frustrant pour le lecteur de se retrouver face à une conclusion qui ne résout pas l’intrigue principale du roman, à moins que vous ne prévoyiez d’étendre votre intrigue sur plusieurs tomes. Même dans ce cas, il faut savoir soigner la fin dans le but de donner envie au lecteur de se lancer dans le tome suivant. Veillez donc à bien apporter des réponses à votre lecteur, même si vous choisissez d’opter pour une fin ouverte. N’oubliez surtout pas de vous la jouer très mystérieux pour ne pas vous faire démasquer avant la fin du roman. Cela aurait été scandaleux si Albert Camus nous avait laissé deviner la mort de Meursault avant la fin du livre. Alors dites-vous qu’il n’y a rien de plus déprimant pour un lecteur que de découvrir le pot aux roses bien avant la conclusion du récit. Ne négligez pas cependant les intrigues secondaires, qui méritent elles aussi leur point final. Voyez votre roman comme un nœud d’écouteurs qu’il faut démêler petit à petit afin de ne pas les casser.

 

De donner trop de détails tu t’abstiendras

 

La fin de votre roman ne doit pas être plus encombrée qu’une autoroute lors d’un départ en vacances. Si vous donnez trop d’informations, vous perdrez complètement le fil conducteur. Il n’est pas très avisé de faire intervenir de nouveaux personnages à ce moment-là, ou d’insérer de nouvelles intrigues. Encombrer votre conclusion de 1000 détails desservira votre histoire. Soyez donc concis et rongez votre frein : plutôt que de partir dans de longues explications tortueuses, tentez d’être clair et d’apporter un dénouement digne de ce nom à vos lecteurs.

 

Bien choisir ton type de fin tu devras

 

Il existe plusieurs types de fins. Bien évidemment, chaque récit est unique. Et certaines fins ne s’adaptent pas à tous les genres. Évitez par exemple de proposer une fin banale à un récit de suspens. Pour les récits de science-fiction, par exemple, vous pouvez opter pour un « twist ». Il s’agit d’une technique très employée qui consiste à placer un revirement final afin de surprendre le lecteur. Ne serait-ce pas génial qu’il tombe à la renverse ? Comme nous l’avons évoqué plus haut, vous pouvez également opter pour une fin ouverte : laisser le lecteur imaginer lui-même ce qu’il se passe ensuite, proposez-lui des pistes de réflexion, mais gardez une part de mystère.

 

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Quels sont vos astuces pour bien terminer votre roman ?

Page not found - L'actualité Edilivre

Vous recherchez un ouvrage ?

Malheureusement, le livre que vous cherchez n'existe pas,

Que pouvez-vous faire :

Recherche de A à Z


Commentaires