Focus sur: Les règles de ponctuation

 

Une bonne ponctuation est essentielle pour donner un rythme soutenu et de la clarté lors de la lecture d’un livre. Non seulement elle facilite la bonne compréhension de l’ouvrage mais permet également de rendre la lecture agréable et facile. Voici quelques points clés à respecter concernant la ponctuation lors de l’écriture du manuscrit.

 

Rappels généraux sur les signes de ponctuation

 

Bien que cela semble évident, une phrase doit être conclue par un point. On en distingue 4 :

 

  • Le point (.) : Il permet de terminer une phrase et de marquer une pause soutenue dans la narration. Lorsque vous rédigez, il est facile d’être emporté par son inspiration et de faire des phrases longues et chargées. N’hésitez pas à vous relire et à couper certaines de vos phrases d’un simple point, afin de faire souffler aussi bien le lecteur que le récit.
  • Le point d’exclamation (!) : Se plaçant à la fin d’une phrase exclamative, le point d’exclamation permet de faire ressortir une émotion particulière à vos lecteurs : colère, surprise, ordre … A vous d’en faire bon usage sans pour autant en abuser.
  • Le point d’interrogation (?) : Ce point permet de conclure une phrase interrogative.
  • Les points de suspension (…) : A utiliser de manière raisonnable, les points de suspension permettent d’écourter une énumération trop exhaustive. Ils permettent également de laisser un doute au lecteur quant à l’intrigue.

 

D’autres signes de ponctuation doivent s’ajouter à ces derniers pour donner de la clarté au texte et de donner la tonalité souhaitée aux phrases. Les nominés sont :

 

  • La virgule (,) : Elle marque une courte pause dans la phrase, sans l’interrompre totalement, et sans que le ton ne change. Elle peut notamment servir à mettre en évidence un mot ou un groupe de mot. La virgule peut s’avérer décisive et modifier le sens de la phrase. On peut citer l’exemple suivant, qui est assez éloquent : « C’est l’heure de manger, les enfants » contre « C’est l’heure de manger les enfants ».
  • Le point-virgule (;) : Assez difficile à manier, le point-virgule sert d’entre-deux entre la virgule et le point. Le point-virgule marque une pause moyenne et peut jouer le même rôle qu’une virgule, ou servir à unir deux phrases qui sont grammaticalement complètes mais qui doivent être associées. Le point-virgule est également utilisé lorsque la deuxième partie de la phrase commence par un adverbe.
  • Les deux points (:) : Les deux points s’emploient pour introduire un discours rapporté, ou encore une énumération.
  • Les guillemets (« ») : Ces signes de ponctuations vous permettent d’insérer un discours direct (quand précédé des deux-points) ainsi que pour marquer une expression dans un contexte particulier.
  • Les parenthèses (()) : Les parenthèses sont utilisées pour faire un aparté ou un commentaire.
  • Les tirets (-) : Les tirets peuvent avoir un rôle très similaire à celui des parenthèses. Ils sont également essentiels lors de la construction d’un dialogue pour changer d’interlocuteur.

 

La question des espaces :

 

Le saviez-vous ? En typographie, le mot « espace » est un mot féminin. On parle donc d’une espace et non pas d’un espace. Il est fréquent de se demander où placer les espaces, avant ou après les signes de ponctuation. Sachez :

 

  • Qu’il n’y a pas d’espace avant une virgule, mais qu’il y en a après.
  • Qu’il y a une espace avant et après les deux points, tout comme pour les guillemets ou le tiret.
  • Qu’il y a une espace avant la parenthèse ouvrante, et une espace après la parenthèse fermante. Le point sera quant à lui suivi d’une espace.
  • Que pour les points d’interrogation, d’exclamation, et le point-virgule on trouve une espace avant et une espace après.
  • Qu’il n’y a pas d’espace avant les points de suspension, mais il y a bien une espace après.

 

La ponctuation des dialogues :

 

Il existe deux modèles de ponctuation pour les dialogues. Un nouveau modèle dit « moderne » et un ancien appelé « dix-neuvième ». La différence entre les deux réside dans le fait que l’ancien modèle utilise les guillemets pour ouvrir et fermer les dialogues, tandis que le nouveau modèle ouvre directement le dialogue par un tiret. Dans les deux cas, on applique un retour à la ligne pour marquer une nouvelle réplique. Un exemple de « l’ancien » modèle :

 

« Si on allait manger !

— Bonne idée. Je meurs de faim.

— Henri, tu as toujours faim, de toute façon ! »

 

Voici le même exemple mais ponctué en suivant le nouveau modèle

 

— Si on allait manger !

— Bonne idée. Je meurs de faim.

— Henri, tu as toujours faim, de toute façon !

 

Attention ! Dans les dialogues, il convient d’utiliser un tiret long appelé cadratin, qui ne doit pas être confondu avec le trait d’union ou le tiret du bas. Sur Word, le cadratin s’obtient en maintenant Ctrl + Alt + – (du pavé numérique) alors que sur OpenOffice.org, il est nécessaire d’utiliser le raccourci suivant : Alt + 0151 (du pavé numérique).

 

Désormais, vous savez tout sur la ponctuation et sur l’importance de cette dernière quant à la fluidité de votre texte. Un livre bien construit, aéré et dont le rythme est accrocheur est un livre réussi. N’hésitez pas à faire relire certains passages à vos proches, d’avoir leur avis sur leur compréhension du texte et sur sa simplicité de lecture. Vous avez toutes les clés en main, à vous de jouer ! Page not found - L'actualité Edilivre Page not found - L'actualité Edilivre

Vous recherchez un ouvrage ?

Malheureusement, le livre que vous cherchez n'existe pas,

Que pouvez-vous faire :

Recherche de A à Z


Commentaires