Blog

L’expression de la semaine: Faire ripaille

« Faire ripaille »

ORIGINES

Le mot ‘ripaille’ date du XVIe siècle et, de nos jours, il ne s’emploie plus que dans notre expression et vient de l’ancien français ‘riper’ qui voulait dire ‘gratter’.
Faire ripaille s’utilisait alors pour les soldats qui allaient manger et s’approvisionner chez l’habitant, et l’image est probablement celle des repas où les plats étaient raclés (grattés) jusqu’à ne rien laisser du contenu.
Mais il existe une autre origine à cette expression, proposée par quelques sources, mais peut-être sujette à caution (comme disait Lemmy).
Nous sommes au XVe siècle. Le duc de Savoie, Amédée VIII qui a même été pape pendant un moment, vient de perdre son épouse, Marie de Bourgogne, et le pauvre homme, on le comprend, ne s’en remet pas. Il décide alors de se retirer en Haute-Savoie au bord du lac Léman (ou lac de Genève, pour nos amis Genevois), dans un prieuré d’où les femmes sont exclues et où il va mener une vie de méditation et de chasteté.
Mais, comme Amédée est accompagné de ses proches et qu’il n’a absolument pas fait voeu de frugalité (faut pas exagérer non plus !), l’endroit est le lieu de fréquents banquets copieux et bien arrosés.
Or, il se trouve que le prieuré était celui de Ripaille.
Ce serait donc le souvenir de ces banquets qui aurait donné naissance à l’expression qui a existé en latin sous la forme du proverbe « facere ripaliam hoc est indulgere ventri » (faire ripaille, c’est soigner son ventre).

Exemple

« Rodant sans bruit sous le ciel noir
Les loups obliques font ripaille »
Paul Verlaine – Jadis et naguère – Les loups – 1884
« Il faudrait un demi-volume pour décrire toutes ces fêtes, celles de la Moisson, de la Toussaint, de la Saint-Martin, de la Tonte des agneaux, surtout celle de Noël qui durait douze jours et parfois six semaines. Ils mangent et boivent, font ripaille, remuent leurs membres, embrassent les filles, sonnent les cloches, s’emplissent de bruit : rudes bacchanales où l’homme se débride, et qui sont la consécration de la vie naturelle : les puritains ne s’y sont pas trompés. »

« Faire ripaille »